OÙ IL SERA QUESTION DE PSYCHOSE POLITIQUE ET DE RÉINVENTION DE LA FRANCE.

Michel BOURGEOISActualités, AFFAIRES ÉTRANGÉRES, DÉVELOPPEMENT DURABLE - INTERNATIONAL, News, Revue de Presse0 Commentaire

La psychose est définie par les psychanalystes comme un état caractérisé par l’altération des sens de la réalité,

comprenant des délires, des hallucinations, et un manque de conscience de la part de la personne atteinte, laquelle ne reconnaît pas ses problèmes en tant que tels (Le dictionnaire des sciences humaines — Sciences Humaines Éditions, 2008, p. 582) : l’on sait d’elle qu’elle requiert une prise en charge thérapeutique intensive, allant parfois jusqu’à l’hospitalisation contre le gré de la personne.

À quel spectacle avons-nous assisté hier soir à l’occasion des « débats » — terme qui lui aussi devrait être redéfini — qui ont suivi les estimations du premier tour des élections régionales ? À une altération du sens d’une réalité purement objective faite de chiffres élémentaires (taux d’abstention, affectation des votes en pourcentage ou en nombre), marquant la fin d’un système davantage que celle d’un cycle.

S’il devait apparaître que cette altération ne serait pas inconsciente, elle ne serait pas autre chose qu’une manifestation extraordinaire de mauvaise foi -qualité, pourra-t-on penser, dans une république dite « laïque » – : lorsque l’on sait que la laïcité au sens de nos textes fondateurs n’est que la laïcité « du pouvoir » et celle « de l’enseignement », l’on peut s’interroger sur le sens de cette laïcité-là devenue une notion fourre-tout, une sorte de « schmilblick » politique, support à verbiage, en d’autres termes un support à des discours sans contenu).

Situation il est vrai délicate, lorsque l’on sait que le « problème » de la personne atteinte est cette personne elle-même, une personne ayant perdu de vue le sens de sa mission, jeté aux orties la notion de conflit d’intérêt, n’œuvrant plus que pour « sa famille », la sienne propre, comme cette autre famille, politique, qu’elle fait et qui la fait prospérer.

La prise en charge thérapeutique intensive préconisée par les psychanalystes n’est métaphoriquement rien d’autre que le renvoi de notre « patient » à ses chères études, une sorte d’ajournement destiné à lui permettre de s’imprégner de nouveau de ce que sont ces valeurs républicaines que l’Union européenne notamment nous a empruntées (malgré les apparences que l’on veut créer ici ou là), valeurs dont il est si difficile, derrière les mots, de trouver la trace dans notre propre pays.

Abstention. Enseignements : au moins cinquante pour cent des électeurs inscrits (dont 20% d’entre eux le seraient « mal », c’est-à-dire ceux inscrits dans une commune n’étant pas celle de leur lieu de résidence) et ceux ne l’étant pas (environ 3 millions de personnes), ne souhaitent pas davantage voter pour le parti émergent du moment, lequel, si le second tour des élections régionales était similaire au premier, ne représenterait guère plus que 15% au mieux des électeurs inscrits, certains, faute d’un autre choix.

La France se trouve-telle pour autant dans une impasse ?

Les partis politiques qui auraient un rôle « d’éveil de la conscience politique » se partagent bon an, mal an sur cette seule affirmation, entre 65 et 70 millions d’euros, payés au moyen des deniers publics, leurs élus étant rémunérés quant à eux au moyen d’autres deniers publics : pour un tel niveau de rémunération, le peuple de France est en droit d’exiger mieux.

Image d’un mécano et d’un enfant très fier d’en avoir utilisé toutes les pièces. Résultat final, très éloigné en revanche du modèle figurant sur la boîte. Retour aux valeurs républicaines, ce plan s’y trouvant au fond, que seuls ceux qui font vivre la société civile, c’est-à-dire la société tout entière, sont en mesure de lire, de comprendre et de mettre à exécution.

La France doit être réinventée et dans l’urgence, c’est-à-dire recréée sur la base de ces valeurs qui en ont fait un modèle pour un très grand nombre d’humains.

Un mouvement citoyen se met en place, auquel sont invités à s’associer tous les élus des communes dont on vient récemment de décider d’un transfert des pouvoirs au profit d’établissements publics, ou de celles appartenant à des régions délibérément « historiquement défigurées ».

Une équipe composée de plus de 45 millions de joueurs, disposant du sifflet de l’arbitre et de la possibilité d’inscrire le score sur la feuille de match, ne peut, à moins d’être suicidaire ou totalement aveugle, confier de nouveau le sort de la France à une autre équipe tripartite dont les membres ne représentent pas plus de 0,5% de l’électorat français.

La réinvention de la France ne pourra être une réalité que si nous ouvrons tous les yeux.

Nous disposons tous ensemble d’une année pour y parvenir.

Michel Bourgeois.
7 Décembre 2015

PS N’hésitez pas à partager cet édito avec vos amis en leur demandant de le partager avec les leurs, si vous souhaitez, s’ils souhaitent un véritable changement en 2017.


Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *