TROIS VALEURS ESSENTIELLES…PRÉSIDENTIELLE 2017

Michel BOURGEOISActualités, News, Revue de Presse, VALEURS RÉPUBLICAINES et INSTITUTIONS0 Commentaire

TROIS VALEURS ESSENTIELLES

S’IL L’ON DEVAIT N’EN RETENIR QUE TROIS…

Si la Liberté, l’Egalité et la Fraternité forment ensemble la devise de la République française,

l’Histoire et les intérêts partisans en ont au fil du temps totalement dilué le sens dans le « bouillon de l’intérêt personnel », au point de devoir s’interroger sur leur sens actuel.

Que vaut la liberté sous surveillance électronique, celle qui souffre du voyeurisme d’hommes et de femmes politiques à bout de souffle, ayant oublié qu’ils étaient au service du peuple de France et non l’inverse ?

Que vaut le principe d’égalité lorsque dans nos villes, des familles tentent de survivre sous le seuil de pauvreté, tandis que dans des palais parisiens évoquant l’Ancien régime, leur misère ne revêt guère plus qu’un intérêt statistique ?

Quant à la fraternité, quel sens peut-elle avoir lorsque la division reposant sur la haine de l’autre ou le simple égoïsme, constituent le dernier pilier d’un système politique moribond, un instrument de conservation ou de conquête du pouvoir ?

Démagogie, dirons certains ! Non, tout simplement : colère, l’injustice sous toutes ses formes doit être l’objet de tous les combats.

On m’a demandé parmi toutes les valeurs qui sont pour moi fondamentales, de n’en citer que trois, exercice d’une complexité particulière, sinon que le mouvement « Réinventons la France » que nous avons lancé il y a plus d’un an et demi maintenant m’y avait préparé, « Réinventer la France » signifiant qu’il fallait de nouveau et en priorité redonner un sens à cette devise sublime « LIBERTÉ, ÉGALITÉ, FRATERNITÉ ».

Quelles sont donc ces valeurs « premières » ?

L’HUMANISME,

reposant sur ce mouvement d’idées dont l’apogée se situe en Europe au XVIème siècle, plaçant au-dessus de toutes les valeurs la personne humaine et la diginité de l’invividu, valeur sans laquelle il ne peut y avoir de justice, valeur justifiant que l’être vulnérable bénéficie d’une attention toute particulière de la part de la Nation, valeur imposant de placer la CULTURE et la PROTECTION DE L’ENFANCE au coeur de tout projet politique, valeur justifiant l’introduction dans la Constitution de la notion d’URGENCE SOCIALE.

L’ÉTHIQUE

excluant tout conflit d’intérêt, imposant la sanctuarisation des fonds publics, c’est à dire que tout euro dépensé par l’Etat, collecté grâce au travail des citoyens, doit être un euro justifié comptablement et un euro utile à la Collectivité.

LA RESPONSABILITÉ,

cet état distinguant l’individu capable de celui « ‘incapable », faisant de lui le maître de sa vie, qualité inhérente à celle d’Homme, mais une responsabilité vue comme un facteur d’épanouissement et non plus comme un support à sanctions.

Dans le programme que nous avons élaboré et qui est consultable avec les articles de fond qui l’explicitent sur Michel BOURGEOIS.FR, L’ÉQUILIBRE occupe une place centrale : équilibre entre droits et devoirs, entre une démocratie représentative épuisée et épuisante et une démocratie participative non encore expérimentée, entre secteur public et secteur privé, entre l’Homme et la NATURE, entre le besoin d’assouvissement immédiat des besoins et le DÉVELOPPEMENT DURABLE… La liste est infinie.

On m’a demandé ce que je pensais des échanges entre les candidats ayant participé aux Primaires de la droite et du centre, et de ceux de la gauche ? Que si je n’avais publié « Médiocratie » ou « Du trou de serrure au trou noir » à l’été 2015, j’en aurais immédiatement entrepris l’écriture : « il ne suffit pas de se faire remarquer pour être remarquable« .

Avoir fait outrageusement du nombre 49.3 le degré de température d’une démocratie fiévreuse, un martinet agité sous le nez de « frondeurs » ayant fait perdre – à lui aussi – sa signification à ce terme et à présent en dénoncer les abus, vouloir assujettir à cotisations sociales les robots au motif qu’ils prennent à l’Homme son travail, qu’en dire ?

Poser une question, peut-être, du niveau des débats auxquels nous avons assisté : à quelle hauteur devra-t-on taxer ces petits appareils robotisés fait, dit-on, pour le plaisir, remplaçant à n’en point douter une activité humaine plus que millénaire ?

Michel Bourgeois
michelbourgeois.fr

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *