UNE FRANCE HORIZONTALE AU CŒUR D’UNE UNION EUROPÉENNE HORIZONTALE,

DONT LA SEULE VERTICALITÉ SERA CELLE DES VALEURS.

La politique que nous entendons mener,

s’appuie sur la Société civile, mais également sur les élus locaux en lien étroit avec les citoyens. Un pays ne pouvant se vanter d’être un pays libre lorsque sa paysannerie n’est plus en mesure de nourrir la population se trouvant à l’intérieur de ses frontières, la ruralité occupe une place essentielle dans notre projet.

Elle l’occupe d’autant plus qu’elle doit être intimement associée aux défis liés au développement durable. Les échanges sur la toile, la télétransmission et toutes les avancées technologiques que permet d’entrevoir l’Internet, nous amèneront à garantir une couverture assurant une égalité de moyens entre les citoyens qui occupent la plus grande partie du Territoire français et ceux concentrés dans les villes : quel professionnel ayant pris le TGV en Province pour se rendre à PARIS ne s’est-il pas senti mille fois désespéré en ne pouvant utiliser son ordinateur portable – ou son téléphone – faute de réseau ?

Notre politique tendra à favoriser un rééquilibrage entre ville et campagne,

en termes de dynamisation économique, notamment. Partant du principe qu’on ne casse pas un véhicule au seul motif que son pilote serait incapable de le piloter ou son mécanicien incapable de le faire redémarrer, l’Union européenne doit être reconnue pour ce qu’elle est, une jeune entité perfectible : il appartiendra à la France d’y reprendre son influence, en d’autres termes d’avoir une vision de l’Europe à trente ans, autre que technocratique, et d’en faire un levier de développement et non plus une excuse à toutes les erreurs commises à l’intérieur de nos frontières.

Michel Bourgeois

RETROUVEZ D’AUTRES ARTICLES SUR CE MEME THÈME

lire