DE LA NAISSANCE
À LA MAJORITÉ

L’encadrement des enfants, ces adultes de demain,

constituera une priorité, plus aucun d’entre eux ne devant être laissé sur « le bord du chemin », ce qui se traduira par la création d’un ministère de la protection de l’enfance « décentralisé », au plus près du terrain, chargé de lutter contre la pauvreté, les inégalités, l’exclusion et la violence qu’elles entraînent, dont les enfants sont les premières victimes, de les prémunir contre les difficultés familiales et parentales, de lutter auprès d’eux contre le racisme et l’incitation à la haine, facteurs de dérives sectaires, et de les armer contre les dérives du monde numérique auquel ils sont exposés.

L’investissement premier à réaliser est l’enseignement du dialogue touchant aux différences et à leur acceptation.

Les réseaux d’assistance spécialisés aux élèves en difficulté seront renforcés et rendus opérationnels dès l’école maternelle ; l’apprentissage de la langue française, socle d’acquisition de connaissances, retrouvera un caractère central : priorité sera donnée à l’enseignement et à la formation tout au long de la vie.

LES VALEURS DE LA RÉPUBLIQUE SERONT RÉAFFIRMÉES EN TANT QUE FERMENTS DU VIVRE ENSEMBLE ET COMME APPARTENANT AU NON-NÉGOCIABLE.


Michel Bourgeois

faites-le savoir

RENDRE À L’INSTRUCTION SES LETTRES DE NOBLESSE.

Réflexions sur l’ignorance.